Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je m'impose.

Les gens vont, et les gens viennent Et moi je reste là, tel un mur La façade fendue, voyez mes veines Peut-être abimé, je reste dur. L'on ne m'aura plus à ces jeux Je me débrouille très bien seul Je serai toujours en ce lieu Je garderai toujours vos seuils...

Lire la suite

Pour toi.

Douce de toi, prenons le temps de vivre Le jour présent, les nuits passées Ces moments de joie, ces moments de rire Ne sont qu'à nous, savourons-les Prenons le temps, l'inconnu nous guette Alors ne gâchons rien de cette découverte De cette aventure débutée...

Lire la suite

Encore d'hier.

Quels enseignements tirer De toutes ces heures inutiles Ces éphémères d'intimité Ces discussions, cet amour futile J'ai été trahi, roulé Mais je suis bien loin de tout ça Je me suis offert, tu as voulu jouer Toi seule en souffrira Je n'ai pas comblé ton...

Lire la suite

Daté d'hier.

Cette table est un cercueil Où je me meurs tragiquement Homme d'Amour, les seuls écueils De joie m'ont quitté brutalement Cette chaise est mon essence Du bois mort que l'on exploite Et que l'on jette dès la carence Dès que la ligne n'est plus droite Et...

Lire la suite

Chanson de guerre.

"Par dessus les toits, Regardant le ciel, Je croisais les doigts, Répétant ma prière. Le vent dans les arbres, Les obus sur la Terre, Le claquement des armes, Les bruits de la guerre. J'y serai bientôt, Moi brave militaire, Pour mourir tantôt, Dans les...

Lire la suite

Rerere du nouveau.

N'oublions pas le chat si nous partons, Lui qui nous a toujours aimé. Il ne parle pas, ou à sa façon. Il nous a toujours supporté. N'oublions pas ces durs moments, Où il mettait sa tête sur notre bras. Un regard, qui jamais ne nous ment. Un réconfort,...

Lire la suite

Encore du nouveau.

Ô triste vie, toi qui as oublié A quel point il est beau de naître Tu t'imposes à nos êtres Que tu fais trop rêver Avatar du temps tu vas et tu viens Nous oubliant parfois de tes grâces Nous te fuyons sans laisser de traces Te combattre ne rime à rien...

Lire la suite

Du nouveau.

Le jour se lève et me berce Baigne mes jours de sa caresse Tendre soie de l'Aurore Tu me touches de tes rayons d'or Jusque la couche Eternel papier Je vole librement Poème inachevé Je vis doucement Et je m'arrêterai Là où bon me semble Pour te voir te...

Lire la suite

De l'ancien.

Voyez mon peuple marcher ou courir, Cherche t'il la Fin, l'endroit où partir? Oublier la démance, remplacer la défiance Réprimer l'essence qui le fit Naître et Mourir Voyez donc la vie qui l'emmène nulle part Eternelle boucle de passé, du matin au soir....

Lire la suite